18 mai 2009

Genèse.

J’aimerais vivre dans une série américaine, n’importe laquelle, même si il ne se passe rien. J’aimerais avoir déjà lu le scénario, pour ne pas avoir peur de la page blanche (ou de la page suivante ?) . Pour ne pas avoir à supporter le poids d’un avenir incertain. Pouvoir changer de script à tout moment. Avoir par moments un rôle à jouer. J’attends que ces années passent, mais j’ai bien peur qu’elle ne fasse que de passer. Dans 10 ans, elles continueront et j’en serais au même point.
Réussir pour approcher le monde du superficiel, et rien à voir avec le monde des idées. L’homme de la caverne nous a menti à nous faire croire qu’il fallait sortir de l’ombre pour être éclairé et non par les projecteurs.
Euclide, l’homme lucide, perdait son temps à ne voire aucune devise derrière ses chiffres. Comme la monnaie américaine, le yen et l’euro devraient, elles aussi, redresser leurs barreaux. À croire qu’elles n’ont pas honte.
Je me demande quel est le but de cette entreprise scribouillarde ? Aucun. Ce ne sera qu’un dépotoir non organisé.
Comme en avion, j’ai besoin d’un sac pour vomir. Ces lignes seront ce sac.
Il n’y a pas de héros avec du phare à joue. Des protagonistes avec un joli derrière, mais sans particule.
Ecrire est aujourd’hui prétentieux. A utiliser les instruments des plus grands, on passe pour des cons. Et si les cons avaient quelque chose d’intelligent à dire ?

Posté par benjamin098 à 23:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Genèse.

Nouveau commentaire